L'entreprise, nouvel agent du bien commun ?

Posté le
21/3/2016

Notre génération de dirigeants a été éduquée avec la conviction que « la seule responsabilité sociale d'une entreprise est d'accroître son profit ». Ce titre d'un article de Milton Friedman, publié le 13 septembre 1970 dans le « New York Times Magazine », synthétise sa théorie. Dans la filiation de cette pensée, l'intérêt de l'actionnaire a depuis une quarantaine d'années constitué l'objectif prépondérant de l'entreprise. Cette « shareholder value » s'est construite sans beaucoup de considération pour les autres parties prenantes, et parfois en dépit de leur intérêt. Salariés, environnement, clients et fournisseurs ont été les perdants de cette inscription ultralibérale. En France, la part des salaires dans la valeur ajoutée des entreprises a par exemple diminué de 75 à 68 % entre 1983 et 2011.

Parallèlement, l'épuisement de ressources non renouvelables, le dérèglement climatique, la perte de biodiversité et le manque d'eau illustrent les risques que ce modèle ultralibéral fait peser sur l'environnement. Un modèle économique qui a de toute évidence atteint une limite. Il est désormais démontré que « la main invisible du marché », qui devait nous conduire à l'intérêt général par la somme des intérêts individuels maximisés, n'a pas rempli cet objectif et a, au contraire, entraîné un niveau de risque global élevé, une concentration de la richesse et un bonheur individuel jugé insuffisant.

Symétriquement, l'Etat, affaibli par le poids des déficits, n'est plus perçu comme disposant des moyens de résoudre les enjeux de bien commun. Les solutions classiques du marché, d'une part, et de l'Etat, d'autre part, n'ont donc pas permis d'ancrer l'intérêt général au coeur de la vie collective. La frustration des concitoyens qui en découle conduit au succès de leaders politiques « antisystème ».

Lire la suite de l'article :

L'entreprise, nouvel agent du bien commun ?
Posté le
21/3/2016
dans

A lire également

Interviews

Alter Equity investit dans des entreprises utiles aux hommes et à l'environnement

La fondatrice d’Alter Equity, Fanny Picard, a répondu aux questions de l’émission « L’Invitée des Echos ».Elle détaille la stratégie de son fonds d’investissement, et considère que les projets responsables et rentabilité sont compatibles.

Interviews

Fanny Picard, financière militante

« Je voulais construire un modèle d’investissement soutenant l’intérêt général dans ses dimensions sociale et environnementale tout en permettant une rentabilité »

Interviews

Alter Equity, un capitalisme éthique et rentable

« Le but du fonds est de démontrer qu’une économie vertueuse est financièrement intéressante »

Actualites

La « Joconde » au secours du patrimoine

Le fonds de dotation du Louvre s’associe avec Alter Equity pour financer la réhabilitation de sites patrimoniaux.

Interviews

L'intérêt général au coeur de la finance

Fanny Picard a quitté la finance « pure et dure » pour monter un fonds d’investissement éthique, et réaliser son rêve d’agir pour l’intérêt général.

Actualites

Fanny Picard s'engage pour la transition écologique aux côtés de 100 chefs d'entreprise

Dans une tribune au « Monde », un collectif de chefs d’entreprise plaide pour une politique de la France davantage volontariste contre le réchauffement climatique.

Interviews

Alter Equity joue la carte de la finance responsable

« Il faut réinventer les modèles économiques pour que le capitalisme ne détruise pas lui-même les conditions de sa prospérité »

Participations

Magic Makers apprend aux enfants à devenir acteurs du numérique

« Chef de file, Alter Equity investit 2 millions, suivi par Educapital, Econocom et Kima Ventures »

Participations

InnovaFeed lève 15 millions d'euros pour produire ses protéines à base d'insectes

La biotech française boucle une levée de 15 millions d'euros. La matière première qu'elle produit se destine à nourrir les poissons élevés en aquaculture.