Le deuxième fonds d'alter equity décroche son hard cap de 110 M€

Posté le
30/6/2020

"Nous avons dû réduire certains LPs afin de ne pas dépasser 110 millions d’euros. Cette levée montre que la thématique de l’impact intéresse de plus en plus les investisseurs et que notre antériorité sur ce segment a permis de créer une confiance avec eux. D’ailleurs, quasiment tous les souscripteurs du premier fonds sont revenus. Ceci étant, l’exercice de levée demeure un travail dense.Les investisseurs sont très sollicités et il n’est pas aisé de les convaincre d’intégrer un nouveau GP", se réjouit Fanny Picard, présidente d’Alter Equity. Sa base de LPs se compose d’institutionnels et de personnes physiques.

Trois critères d’impact obligatoires

L’équipe, qui a déjà réalisé quatre investissements pour 12,9 millions d’euros, a augmenté la taille de ses tickets : ils peuvent aller jusqu’à 15 millions d’euros contre 6 millions avec le fonds précédent, et même 30 millions avec des co-investissements. Ses cibles sont des entreprises françaises et européennes réalisant au moins 800 000 euros de chiffre d’affaires.

« Nous continuons à être innovants dans notre approche de l’investissement en rendant obligatoires pour nos participations deux indicateurs d’impact très engageants: chacune devra procéder à un bilan carbone et ouvrir son capital à l’ensemble de ses salariés, précise Fanny Picard. Un troisième critère obligatoire du business plan extra-financier que nous demandons aux participations de mettre en place était déjà requis dans le cadre de notre premier fonds : le conditionnement de la rémunération variable du dirigeant au respect de ce BPEF. Nous voulons continuer à montrer qu’il est possible d’être à la fois rentable et responsable. Par ailleurs, nous sommes à notre connaissance la première société de gestion s’engageant à donner 1% de son chiffre d’affaires à des causes philanthropiques. »

Alter Equity vise un TRI net d’au moins 10%. Les deux premières sorties enregistrées sur son fonds initial lui ont permis d’afficher des TRI de 23%(multiple de 2,3 fois) et 400% (multiple de 3,4 fois).

Lire l'article sur le site de Private Equity Magazine :

Le deuxième fonds d'alter equity décroche son hard cap de 110 M€
Posté le
30/6/2020
dans

A lire également

Interviews

Alter Equity investit dans des entreprises utiles aux hommes et à l'environnement

La fondatrice d’Alter Equity, Fanny Picard, a répondu aux questions de l’émission « L’Invitée des Echos ».Elle détaille la stratégie de son fonds d’investissement, et considère que les projets responsables et rentabilité sont compatibles.

Interviews

Fanny Picard, financière militante

« Je voulais construire un modèle d’investissement soutenant l’intérêt général dans ses dimensions sociale et environnementale tout en permettant une rentabilité »

Interviews

Alter Equity, un capitalisme éthique et rentable

« Le but du fonds est de démontrer qu’une économie vertueuse est financièrement intéressante »

Actualites

La « Joconde » au secours du patrimoine

Le fonds de dotation du Louvre s’associe avec Alter Equity pour financer la réhabilitation de sites patrimoniaux.

Interviews

L'intérêt général au coeur de la finance

Fanny Picard a quitté la finance « pure et dure » pour monter un fonds d’investissement éthique, et réaliser son rêve d’agir pour l’intérêt général.

Actualites

Fanny Picard s'engage pour la transition écologique aux côtés de 100 chefs d'entreprise

Dans une tribune au « Monde », un collectif de chefs d’entreprise plaide pour une politique de la France davantage volontariste contre le réchauffement climatique.

Interviews

Alter Equity joue la carte de la finance responsable

« Il faut réinventer les modèles économiques pour que le capitalisme ne détruise pas lui-même les conditions de sa prospérité »

Participations

Magic Makers apprend aux enfants à devenir acteurs du numérique

« Chef de file, Alter Equity investit 2 millions, suivi par Educapital, Econocom et Kima Ventures »

Participations

InnovaFeed lève 15 millions d'euros pour produire ses protéines à base d'insectes

La biotech française boucle une levée de 15 millions d'euros. La matière première qu'elle produit se destine à nourrir les poissons élevés en aquaculture.